A la une
Dernière minute
Les faits irréfutables
Transparence
Confédération nationale
Reconquête
Les valeurs mutualistes ?
Dissolution du Crédit Mutuel
Annulation de la cession CIC
L'affaire ERU
Des pratiques usuraires ?
Confusion à la BDF
Gestion de la sécurité sociale
L'illégalité de la Justice
RAFFARIN
CHIRAC
Le Canard Enchaîné
Dernières Nouvelles d'Alsace
Préfecture du Bas-Rhin
Questions au gouvernement
La grande manipulation
Nouveau scandale
Nouvelles des caisses
Réservé 4

ASSOCIATION DES VICTIMES DU CREDIT MUTUEL
A.V.C.M. le site des Victimes du Crédit Mutuel



Le Crédit Mutuel et les valeurs du mutualisme ?


OUEST-FRANCE du 9 avril 2005 a publié le texte de ce lecteur qui s'interroge, au moment après que le Crédit Mutuel ait  lancé un raid boursier hostile sur les Galeries Lafayette, sur le respect des principes fondateurs du crédit mutuel :

Les informations publiées sur ce site apporte à M. Charrier, les réponses aux questions auxquelles il n'est plus répondu depuis 1958.

Banques et développement
M. Joseph Charrier, La Jau­donnière (Vendée) :

« Comme chaque année, nous avons reçu l'invitation ri­tuelle : « Cher sociétaire, l'as­semblée générale de votre caisse est un moment privilé­gié pour communiquer en­semble.

Vous vous interrogez sur l'actualité de votre banque et de votre caisse en particu­lier. Posez votre question…

Une réponse vous sera ap­portée lors de l'assemblée gé­nérale ». Vous nous aviez adressé le même message l'an dernier.

J'ai posé mes questions et je n'ai pas eu de réponse. Je tente, une fois en­core.

On parle beaucoup de l'ex­périence conduite en Inde et au Bangladesh par l'écono­miste indien Amartya Sen, prix Nobel d'économie.

Il est à l'ori­gine de la création de ce qu'il appelle « la banque des pauvres », destinée à propo­ser aux plus défavorisés des prêts leur permettant d'amor­cer la création d'une petite entreprise.

Cette expérience intéres­sante conduit à se rappeler les conditions de la naissance, en France, de ce qu'on appelle le secteur mutualiste et notam­ment des banques dites mu­tuelles : Crédit mutuel, Crédit Agricole mutuel, Crédit co­opératif, Banque populaire, etc.

Toutes ces banques qui sont aujourd'hui de puissants établissements financiers étaient, à l'origine, des « banques des pauvres ». Que sont-elles devenues ?

Com­ment donner davantage de vi­sibilité à leur contribution au développement ?

Nous re­connaissons le souci de notre banque d'assurer la sécurité de nos dépôts et de notre épargne.

Nous ne pouvons pas nous contenter de décla­rations vagues concernant leur souci de proposer des placements « éthiques » et de réaliser des opérations de « mécénat » pour encourager la défense de l'environnement et le développement des éner­gies renouvelables.

Les établissements bancaires d'esprit mutualiste (Cré­dit coopératif, Crédit mutuel, Crédit agricole, etc) nous di­sent s'en préoccuper.

Mais l'esprit qui règne au sommet n'est guère perçu au niveau des caisses locales.

Nous demandons que soient présentées clairement les conventions passées avec le Conseil Régional et l'Ademe des Pays de la Loire.

Nous ne pouvons pas nous contenter d'un tête à tête avec un « conseiller financier » censé nous proposer le meilleur pla­cement pour valoriser et sé­curiser nos dépôts et notre épargne.

Nous avons besoin d'une réflexion et d'un débat plus larges et plus ouverts.

Est-il vraiment impossible qu'une caisse locale (ou un groupe de caisses locales) tente l'expérience d'un club de sociétaires, s'interrogeant ensemble sur l'utilisation de leurs dépôts et de leur épargne et sur les priorités d'un projet de développement local ? ».

 

AVCM : nous rappelons que les statuts de toutes les caisses de Crédit Mutuel précisent :

La caisse est une coopérative qui a pour but la satisfaction des besoins financiers de ses sociétaires en leur rendant le meilleur service au moindre coût, de manière générale, elle vise à :

- combattre l’usure et l’endettement excessif,

- encourager la pratique de l’épargne et défendre les intérêts des épargnants,

- contribuer activement à l’amélioration du niveau et de la qualité de vie de ses sociétaires, de sa circonscription et de sa région.

- développer l’esprit d’entraide et le sens mutualiste parmi ses sociétaires.


La publicité commerciale mensongère du Crédit Mutuel relevée sur le site du groupe ARKEA :   

Une banque différente        

Le Crédit Mutuel, c'est vraiment "LA banque à qui parler".

la maîtrise des technologies et au professionnalisme de ses équipes, le Crédit Mutuel ajoute une troisième dimension : la qualité des relations personnelles.

Je suis sociétaire du Crédit Mutuel               

Le Crédit Mutuel est votre banque. Son objectif constant est de vous apporter, avec le plus haut niveau possible de qualité, les services que vous êtes en droit d'attendre. Mais ses valeurs fondamentales de banque coopérative et mutualiste lui donnent des obligations supplémentaires. Il place au centre de ses préoccupations la qualité de la relation avec ses sociétaires et sa contribution au développement régional.

Une banque citoyenne

Le Crédit Mutuel est une banque coopérative et mutualiste : son capital social est détenu par les sociétaires. Il considère la rentabilité non pas comme une fin en soi, mais comme un moyen d'assurer pérennité, sécurité et développement. La confiance de ses sociétaires exige qu'il puisse assurer, demain comme aujourd'hui, la satisfaction de leurs besoins et améliorer les services qu'il rend.

En ouvrant un compte au Crédit Mutuel, vous souscrivez des parts sociales, c'est-à-dire une participation au capital social de votre Caisse qui a un statut de coopérative d'épargne.

C'est pourquoi vous avez qualité de sociétaire. Votre qualité de sociétaire vous permet de : prendre part, chaque année, aux différentes rencontres qu'organise votre Caisse et notamment son Assemblée Générale. Vous pouvez alors exprimer ce que vous attendez de votre banque et émettre des propositions et des suggestions ; vous porter candidat au Conseil d'Administration de votre Caisse. L'élection se fait selon le principe démocratique "Un homme = une voix" et non en fonction du nombre de parts sociales détenues ; bénéficier de l'accès à tous les services ainsi que des avantages spécifiques liés à la qualité de partenaire ; disposer d'une information claire et transparente sur l'offre de produits et services. comme sur la gestion de la Caisse (comptes communiqués en Assemblée Générale, réunions de sociétaires, etc.), avoir un droit de regard sur la gestion de la Caisse.

 

Une banque mutualiste qui respecte les principes

et ses sociétaires

cela existe, au Canada.... 

Fédération des caisses Desjardins : gants blancs pour les sociétaires.

Force est de reconnaître que la gestion démocratique est une réalité apparemment bien vivante dans ce mouvement où les membres des coopératives veillent au grain.

Ainsi quand, en 1995, des dirigeants du Mouvement des caisses Desjardins veulent faire appel à de nouveaux fonds levés en Bourse, le projet fait l'objet de plusieurs réunions des organes dirigeants de la banque, assortis de nombreuses notes informatives à destination des sociétaires. C'est ainsi que naît Capital Desjardins, propriété exclusive de la Fédération des caisses Desjardins, et donc placé sous le contrôle des représentants élus par les membres des caisses populaires.

Aucune confusion entre son  activité spéculative et celle des caisses coopératives: la nouvelle structure, cotée en Bourse, a pour unique objet d'émettre ses propres titres sur les marchés financiers et d'en investir le produit dans des titres émis par les caisses Desjardins. L'actif de Capital Desjardins est composé de valeurs mobilières émises par les caisses tandis que le passif correspond aux titres que la société a émis sur les marchés. Par ce système, lorsqu'elles ont besoin de liquidités, les caisses coopératives peuvent émettre du capital. Mais plutôt que d'effectuer cette démarche de façon individuelle, elles font appel à Capital Desjardins qui regroupe les titres émis par plusieurs caisses et fait office de passerelle entre celles-ci et les investisseurs institutionnels.

De même quand, en 1999, des dirigeants lancent le projet de regrouper la Confédération forte de dix fédérations régionales et la fédération des caisses de groupes en une seule organisation fédérale, les membres des caisses populaires réagissent immédiatement de peur d'être dessaisis de la gestion démocratique de leur banque.

La télévision et la presse écrite s'emparent de ce problème qui pose la question de la gestion démocratique d'entreprise, présente les arguments des uns et des autres pendant plusieurs mois. Ce sont les dirigeants des caisses réunis en congrès qui prennent la décision finale le 19 mars, votant la mise en place de la nouvelle Fédération dans un délai de trois à cinq ans.

Le respect du sociétaire semble a priori un souci constant au sein de cet établissement, ainsi que l'explique André Cajolais, conseiller en Relations Presse du Mouvement des Caisses Desjardins :

- Chacune des régions élit le représentant de son conseil régional qui siège à la Fédération et nous ne sommes que les employés du conseil qui est l'émanation des caisses populaires. C'est pareil pour le Président qui fait régulièrement des tournées dans toutes les régions pour présenter et expliquer aux membres les orientations et les décisions de la Fédération. De même la Caisse centrale rend compte de son activité chaque année à l'ensemble des délégués du mouvement. Et quand nous allons devant les membres des caisses populaires, c'est toujours avec des gants blancs, car ce sont eux qui font la richesse du Mouvement.

Au final, le tableau offert par le Mouvement des caisses Desjardins a une tout autre couleur que notre « banque verte » ou notre "Crédit Mutuel" (note de l'AVCM).

C'est un organisme coopératif à l'architecture dense qui comprend plusieurs structures, toutes placées sous le contrôle des membres élus des coopératives : la Fédération des caisses Desjardins du Québec qui a pour mandat de fournir aux caisses les services dont elles ont besoin et de coordonner les efforts de toutes les autres composantes du Mouvement la Caisse centrale Desjardins, coopérative qui appartient aux caisses par l'intermédiaire de la Fédération et qui joue le rôle d'agent financier pour accompagner des caisses coopératives ou des entreprises membres des caisses sur des marchés internationaux, lance des programmes d'émission de titres et d'emprunts au profit du Mouvement; le Fonds de sécurité Desjardins qui, créé en 1980, s'appuyant sur une réserve financière importante cumulée au fil des ans, veille à ce qu'aucune caisse ne soit insolvable, aide financièrement les unités en difficulté temporaire et s'assure que les mesures de redressement appropriées sont mises en reuvre. Bien d'autres sociétés et filiales comme la Fondation Desjardins, la Société historique Alphonse-Desjardins ou Développement international Desjardins (DID) qui développe des services d'appui technique et d'investissement dans le secteur du financement communautaire dans les pays en développement et conseille aujourd'hui les institutions financières d'une trentaine de pays en Mrique, Amérique latine, Asie, Europe de l'Est, etc. complètent l'organigramme du groupe.


Extrait des "Démons du Crédit Agricole" Jean-Loup Izambert - Hugo Nhart


ASSOCIATION DES VICTIMES DU CREDIT MUTUEL  RETOUR


 
Top