A la une
Dernière minute
Les faits irréfutables
Transparence
Confédération nationale
Reconquête
Les valeurs mutualistes ?
Dissolution du Crédit Mutuel
Annulation de la cession CIC
L'affaire ERU
Des pratiques usuraires ?
Confusion à la BDF
Gestion de la sécurité sociale
L'illégalité de la Justice
RAFFARIN
CHIRAC
Le Canard Enchaîné
Dernières Nouvelles d'Alsace
Préfecture du Bas-Rhin
Questions au gouvernement
La grande manipulation
Nouveau scandale
Nouvelles des caisses




ASSOCIATION DES VICTIMES DU CREDIT MUTUEL
A.V.C.M. le site des Victimes du Crédit Mutuel


Association de type Loi 1901 déclarée à la Préfecture des Sables d'Olonne sous le n° 0853006338 - Journal Officiel du 12 mars 2005 - n° de parution : 20050011 - n° d'annonce : 1681 -

site principal .com - sites miroirs .org  et .net




Demande du rétablissement de la légalité républicaine en matière de Crédit Mutuel à M. le Procureur Général de la Cour  d'appel de Paris
 

A.V.C.M.  Association des Victimes du Crédit Mutuel

Association de type Loi 1901 déclarée à la Préfecture des Sables d'Olonne sous le n° 0853006338 –  Journal Officiel du 12 mars 2005 -
                                                               

    16, rue de la Marine
    85230 BOUIN

 

      M. le Procureur Général,

    Notre association a mis à jour les graves dysfonctionnements du Crédit Mutuel qui aboutissent à une affaire d’Etat qui pourrait provoquer un séisme dans le paysage bancaire français puisque selon le Conseil d’Etat le Crédit Mutuel est « hors la loi » depuis 1958.

L’opposition du Conseil d’Etat aux décisions du Conseil d’Etat au Tribunal des Conflits est sans précédent dans l’histoire de la 5ème République et pose à l’ordre judiciaire que vous représentez, le respect de la légalité et de l’Etat de droit en matière de Crédit Mutuel.


Les décisions du Conseil d’Etat établissent que depuis 1958, les dirigeants du Crédit Mutuel sont des gestionnaires de fait puisque les organismes de Crédit Mutuel, Confédération nationale, fédérations et caisses sont hors la loi et inopposables aux tiers.


Plusieurs procureurs généraux, notamment celui de Pau et de Caen,  nous ont informés que comme tous les établissements de crédit exerçant sur le territoire français, toutes les caisses de crédit mutuel étaient soumises au contrôle de la Commission bancaire, aux vérifications de l'Inspection générale des finances, que les comptes des caisses devaient être établis conformément à la réglementation applicable aux établissements de crédit et publiés dans les journaux d'annonces légales et certifiés par des commissaires aux comptes.

 
Depuis 1958, aucune des dispositions précédentes n’ont été appliquées.


La carence totale de l’Etat depuis 1958, en matière de contrôle du Crédit Mutuel et du non respect de la loi a eu pour conséquences :

- la spoliation par des particuliers des droits des sociétaires des caisses de Crédit Mutuel par la captation des bénéfices des caisses,

- l’absence d’approbation des statuts et leurs modifications de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel comme l’imposait l’ordonnance 58-966 du 16 octobre 1958,

- l’absence des vérifications par l’inspection générale des finances des comptes de caisses prévues par l’ordonnance 58-966,

- l’absence de contrôle par la  Commission bancaire,

- l’absence quasi générale de publication des comptes des caisses et l’absence de certification par des commissaires aux comptes indépendants devant garantir leur sincérité

- la  nomination d’un commissaire du gouvernement dont l’exercice de sa fonction se révèle fictif,

- l'octroi de privilèges financiers exorbitants à des particuliers notamment en décembre 1975 l’Etat a autorisé les organismes privés de Crédit Mutuel de collecter l’épargne publique par des livrets dits « bleus », en violation du droit communautaire de la concurrence et en 1977 par l’autorisation accordée aux organismes sociaux d’ouvrir des comptes externes au Crédit Mutuel,

- en permettant le développement de la corruption politique au sein du Crédit Mutuel et le départ de capitaux hors de France notamment par des comptes ouverts auprès de la société luxembourgeoise Clearstream et dans des paradis fiscaux,

- en cédant en 1998 à des personnes privées le groupe bancaire CIC nationalisé à partir d’un agrément accordé par la Banque de France à une banque radiée du Registre du Commerce de Metz depuis 1957,


Le silence se fait autour de nous et personne, à tous les niveaux : gouvernement, ministre des finances et son commissaire du gouvernement qui occupe un emploi fictif, responsables de la Banque de France, magistrats, Préfets, ne veut prendre la responsabilité de faire éclater la vérité !


Quant aux politiques et les parlementaires, comme le commissaire du gouvernement près le Crédit Mutuel, ils font de la figuration depuis 1958 !

Nous vous communiquons le recours en interprétation que nous venons d'adresser au Conseil d'Etat qui n'a pu que constater que la Confédération Nationale du Crédit Mutuel, (association 1901), ses 19 fédérations (18 associations 1901 et celle de Strasbourg de droit local)  et les caisses de Crédit Mutuel (coopératives loi 1947 sans coopérateurs !)  avaient usurpé des prérogatives de puissance publique sans que l'Etat n'intervienne à aucun moment, laissant les caisses exercer une activité commerciale de banque sans exercer les vérifications et les contrôles requis.

Nous sommes à votre disposition pour plus de renseignements et nous vous prions de nous faire part de votre intention pour rétablir dans les meilleurs délais, la légalité républicaine en matière de Crédit Mutuel et rétablir les droits des sociétaires que notre association représente.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Procureur Général, à l’assurance de nos sentiments respectueux.

 
Le 21 octobre 2006
 
Les représentants conventionnels de l’AVCM 

Le secrétariat


 


ACTION au CONSEIL D'ETAT


A.V.C.M.  Association des Victimes du Crédit Mutuel

Association de type Loi 1901 déclarée à la Préfecture des Sables d'Olonne sous le n° 0853006338 –  Journal Officiel du 12 mars 2005


Siège social :

16, rue de la Marine

85230 BOUIN

M. le Président de la Section

Contentieuse du Conseil d’Etat

1, place du Palais Royal

75001 PARIS

Recommandé avec A.R. n° RA 51 333 676 1FR

(3 pages en 3 exemplaires)

 

Requête en interprétation de l’ordonnance rendue le 11 mai 2006 par la section du contentieux du Conseil d’Etat et portant le n° 292638


demandée par

 

Association des Victimes du Crédit Mutuel

prise en la personne de ses représentants contractuels

 

 
Par l’ordonnance susvisée le Conseil d’Etat a rejeté le 11 mai 2006 une requête de l’association des victimes du Crédit Mutuel (AVCM) visant à constater l’incapacité juridique de l’association loi 1901 dénommée « Confédération Nationale du Crédit Mutuel ».(CNCM)

L’ordonnance a déclaré  que le litige qui opposait l’AVCM à la CNCM ne relevait pas de la juridiction administrative pour les motifs qui lui avaient déjà été indiqués par une ordonnance du tribunal administratif de Paris qu’elle avait produit à l’appui de sa requête.

Effectivement le tribunal administratif de Paris par une ordonnance du  mars 2006 portant le n° 0512563/7,  avait conclu que la CNCM et l’AVCM, associations régies par la loi du 1er juillet 1901,  sont des personnes morales de droit privé dont les litiges relèvent exclusivement des juridictions de l’ordre judiciaire.

Par ailleurs le tribunal administratif de Strasbourg a rendu le 3 mai 2006 une ordonnance portant le n° 0601931 qui confirme qu’un litige opposant l’AVCM à l’association de droit local « Fédération du Crédit Mutuel Centre Est Europe », fédération régionale de Crédit Mutuel tirant ses droits des statuts de la CNCM, relevait exclusivement de l’ordre judiciaire.

La convergence des trois décisions abouti à la reconnaissance que la CNCM et ses 19 fédérations régionales n’ont pas la capacité juridique pour exercer les prérogatives de puissance publique définies à l’article 5 de l’ordonnance du 16 octobre 1958 qui ont été reprises par plusieurs articles du Code Monétaire et financier.

Cependant cette interprétation s’oppose formellement à deux jurisprudences du Tribunal des conflits statuant au contentieux.

L’une portant le n° 02054 du 2 mai 1977 qui conclut que bien que le législateur tel qu’il résulte de l’article 5 de l’ordonnance du 16 octobre 1958, ait attribué à la CNCM la mission de veiller au bon fonctionnement du crédit mutuel, en la dotant des pouvoirs les plus étendus d’organisation et de gestion sur les caisses qu’elle représente et bien qu’elle soit une association de droit privé régie par la loi du 1er juillet 1901, a confié l'exécution, sous le contrôle de l'administration, d'un service public impliquant l'usage de prérogatives de puissance publique qui font ressortir la compétence des juridictions de l’ordre administratif et qu’il n’appartenait qu’à la juridiction administrative d’apprécier la validité des modifications apportées aux statuts de la CNCM, le 17 janvier 1973 par délibération de l’assemblée générale extraordinaire de ladite confédération.

L’autre portant le n° 02086 du 6 novembre 1978 qui conclut que le législateur tel qu’il résulte de l’article 5 de l’ordonnance du 16 octobre 1958, a attribué à la CNCM la mission de veiller au bon fonctionnement du crédit mutuel, en la dotant des pouvoirs les plus étendus d’organisation et de gestion sur les caisses qu’elle représente et bien qu’elle soit une association de droit privé régie par la loi du 1er juillet 1901, le législateur a confié l'exécution, sous le contrôle de l'administration, d'un service public impliquant l'usage de prérogatives de puissance publique qui font ressortir la compétence des juridictions de l’ordre administratif pour les litiges qui opposent les personnes privées à la CNCM.
Aux conséquences de sa décision du 11 mai 2006, il est demandé au Conseil d’Etat d’interpréter et de confirmer sa décision du 11 mai 2006 et de constater la caducité des décisions du tribunal des conflits du 2 mai 1977 et 6 novembre 1978  ainsi que la caducité de l’article 5 de l’ordonnance 58-966 du 16 octobre 1958 et des articles du Code monétaire et financier se référant à une association dénommée « Confédération Nationale du Crédit Mutuel » et l’inopposabilité de cette association à la puissance publique et aux tiers
Il e
st demandé également de constater au Conseil d’Etat de constater la carence de l’Etat qui a laissé se développer, hors la loi, l’activité de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel, de ses fédérations et de ses caisses, sans exercer les prérogatives d’Etat prévues par le législateur notamment :

- en laissant des particuliers spolier les sociétaires des caisses de Crédit Mutuel par la captation par des particuliers des bénéfices des caisses, 

- en n’approuvant pas les statuts et leurs modifications de la CNCM comme l’imposait l’ordonnance 58-966,

- en n’effectuant pas depuis 1958, les vérifications par l’inspection générale des finances des comptes de caisses prévues par l’ordonnance 58-966, en ayant soustrait les caisses au contrôle de la Commission bancaire, en ayant soustrait les caisses à la publication de leurs comptes et à leur certification par des commissaires aux comptes indépendants,

- en nommant un commissaire du gouvernement dont l’exercice de sa fonction se révèle fictif,

- en accordant des privilèges financiers exorbitants à des particuliers notamment en décembre 1975 en autorisant la collecte de l’épargne publique par les livrets dits bleus, en violation du droit communautaire de la concurrence et en 1977 par l’autorisation accordée aux organismes sociaux d’ouvrir des comptes externes au Crédit Mutuel,

- en permettant le développement de la corruption politique au sein du Crédit Mutuel et le départ de capitaux hors de France notamment par des comptes ouverts auprès de la société luxembourgeoise Clearstream et dans des paradis fiscaux,

- en cédant en 1998 à des personnes privées le groupe bancaire CIC nationalisé à partir d’un agrément accordé par la Banque de France à une banque radiée du Registre du Commerce de Metz depuis 1957,    

 

Pusieurs parquets généraux ont constaté comme le Conseil d’Etat, l’inexistence de prérogatives de puissance publique conférées à la CNCM, à ses fédérations et à caisses et qu’il résultait de la loi les Caisses que chaque caisse de Crédit Mutuel (y compris pour les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle) devait être soumise au contrôle de la Commission bancaire et aux vérifications de l'inspection générale des finances, que chaque caisse de crédit mutuel devait établir ses comptes conformément à la réglementation applicable aux établissements de crédit et devaient les publier dans un journal d'annonces légales et que chaque caisse de Crédit Mutuel devait faire certifier ses comptes par deux commissaires aux comptes indépendants. (ci-joint le courrier du Parquet général de Caen).

 

A l’appui de sa demande d’interprétation l’AVCM produit le rapport qu’elle a rédigé à partir de la copie du dossier complet et des pièces déposées de 1958 à aujourd’hui par les responsables de la CNCM opposables aux tiers que la Préfecture de police de Paris lui a communiqué et qui font ressortir l’incapacité juridique de l’association dite « Confédération Nationale du Crédit Mutuel » ainsi que chacune de ses 19 fédérations régionales adhérentes, à exercer les prérogatives de puissance publique ressortant à l’article 5 de l’ordonnance 58-966 du 16 octobre 1958.

Fait à Bouin le 13 octobre 2006

Les représentants conventionnels de l’AVCM


Pièces jointes :

1- décision à interpréter du Conseil d’Etat n° 292628 du 11 mai 2006

2- décision du tribunal administratif de Paris n° 0512563/7

3- décision du tribunal administratif de Strasbourg n° 0601931 du 3 mai 2006

4- décision du tribunal des conflits n° 02054 du 2 mai 1977

5- décision du tribunal des conflits n° 02086 du 6 novembre 1978

6- rapport sur la CNCM à partir des documents déposée à la préfecture de Police de Paris

- copie du courrier du Parquet général de Caen

 




Pièce n° 1

 

CONSEIL D'ETAT

 Section du contentieux

 N°292638

 

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

LE PRESIDENT DE LA 1ERE SOUS-SECTION

DE LA SECTION DU CONTENTIEUX

 
Vu la requête par laquelle 1'ASSOCIATION DES VICTIMES DU CREDIT MUTUEL demande au Conseil d'Etat de constater l'incapacité juridique de la Confédération nationale du crédit mutuel à exercer des prérogatives de puissance publique prévues par le code monétaire et financier en l'absence de capacité juridique, et de constater que les 19 fédérations régionales adhérentes à la CNCM sont dans l'incapacité juridique d'exercer de telles prérogatives et sont inopposables aux tiers, notamment aux sociétaires du Crédit mutuel;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de justice administrative ;

Considérant, qu'aux termes de l'article R. 122-12 du code de justice administrative: « Les présidents de sous-sections peuvent, par ordonnance: (...) 2°) Rejeter les requêtes ne relevant manifestement pas de la compétence de la juridiction administrative (...) 49) Rejeter les requêtes (...) qui sont entachées d'une irrecevabilité manifeste non susceptible d'être couverte en cours d'instance » ; que, selon l'article R.421-1 du même code : « Sauf en matière de travaux publics, la juridiction ne peut être saisie que par voie de recours formé contre une décision (...) » ;

Considérant que la requête de l'ASSOCIATION DES VICTIMES DU CREDIT MUTUEL n'est dirigée contre aucune décision administrative; qu'elle est, dès lors, irrecevable; qu'à supposer que la requérante puisse être regardée comme entendant faire trancher par le Conseil d'Etat le litige qui l'oppose à la Confédération nationale du crédit mutuel, ses conclusions ne relèvent pas de la juridiction administrative, pour les motifs qui lui ont déjà été indiqués par l'ordonnance du tribunal administratif de Paris qu'elle produit à l'appui de la présente requête ;

 
ORDONNE:

Article 1er: La requête de l'ASSOCIATION DES VICTIMES DU CREDIT MUTUEL est rejetée.

Article 2 : La présente ordonnance sera notifiée à l'ASSOCIATION DES VICTIMES DU CREDIT MUTUEL.

Fait à Paris le 11 mai 2006

 Signé: J. ARRIGHI de CASANOVA

 

Pour expédition conforme ;

Le secrétaire: Mme Christiane Demanze


 


Pièce n° 2

 

TRIBUNAL ADMINISTRATIF
DE PARIS

REPUBLIQUE FRANÇAISE

 
N° O512563/7

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

 

ASSOCIATION DES VICTIMES DU CREDIT MUTUEL

 

Le Président de la 7ême section,

 
Ordonnance du 9 mars 2006

 

Vu la requête, enregistrée le 26 juillet 2005, présentée par l'ASSOCIATION DES VICTIMES DU CREDIT MUTUEL, dont le siège est sis chez M. Daniel Rousselle 16, rue de La Marine, 85230 Bouin ; L’ASSOCIATION DES VICTIMES DU CREDIT MUTUEL demande au tribunal de constater l'inexistence juridique de la confédération nationale du crédit mutuel ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de justice administrative ;

Considérant qu'aux termes de l'article R.222-1 du code de justice administrative : les présidents de formation de jugement des tribunaux peuvent, par ordonnance rejeter les requêtes ne relevant manifestement pas de la compétence de la juridiction administrative... " ;

Considérant que L’ASSOCIATION D ES VICTIMES DU CREDIT MUTUEL demande au tribunal de constater l'inexistence juridique de la confédération nationale du crédit mutuel ; que ladite confédération est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 ; que le litige soulevé par la présente requête, qui oppose deux personnes morales de droit privé, relève de la compétence exclusive des juridictions de l'ordre judiciaire ; que par, suite, la requête susanalysée doit être rejetée comme portée devant un ordre de juridiction manifestement incompétent pour en connaître ;

ORDONNE:

Article 1er : La requête susvisée est rejetée comme portée devant un ordre de juridiction incompétent pour en connaître.

Article 2: La présente ordonnance sera notifiée à l'ASSOCIATION DES VICTIMES DU CREDIT MUTUEL.

Fait à Paris, le 9 mars 2006

Le Président de section, 

A. PERRIER

 

La République mande et ordonne à tous huissiers à ce requis en ce qui concerne les voies de droit commun contre les parties privées, de pourvoir à l'exécution de la présente décision.




Pièce n° 3

 

TRIBUNAL ADMINISTRATIF

DE STRASBOURG

 REPUBLIQUE FRANCAISE

 
AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

 

N° 0601931

 
Association des Victimes du Crédit Mutuel

 

Le Vice-Président du

Ordonnance du 3 mai 2006                                      Tribunal administratif de Strasbourg,

Président de la 4ème chambre

  54.01.08 D

 
Vu, enregistrée le 20 avril 2006, sous le n° 0601931, la requête par laquelle l'Association des Victimes du Crédit Mutuel, ayant son siège 16, rue de la Marine à Bouin (85230), demande au tribunal administratif de constater que la confédération nationale du crédit mutuel (CNCM) est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 qui ne peut pas exercer les prérogatives de puissance publique prévues par le code monétaire et financier en l'absence de capacité juridique et qu' en conséquence la fédération régionale dénommée « Fédération du Crédit Mutuel Centre Est Europe » adhérente à la CNCM est dans l'incapacité juridique d'exercer des prérogatives de puissance publique et est inopposable aux tiers et notamment aux sociétaires du crédit mutuel ;

 Vu les autres pièces du dossier ;

 Vu le code de justice administrative ;

 Considérant qu'aux termes de l'article R.222-1 du code de justice administrative: «les présidents de formation de jugement des tribunaux et des cours peuvent, par ordonnance : ... 2° Rejeter les requêtes ne relevant manifestement pas de la compétence de la juridiction administrative ; ... 4° Rejeter les requêtes irrecevables pour défaut d'avocat, pour défaut de production de la décision attaquée, ainsi que celles qui sont entachées d'une irrecevabilité manifeste non susceptible d'être couverte en cours d'instance ; ... » ;

 Considérant que l'Association des Victimes du Crédit Mutuel demande au tribunal de constater que la confédération nationale du crédit mutuel est une association régie par la loi de 1901 qu elle ne peut pas exercer les prérogatives de puissance publique prévues par le code monétaire et financier et, que par voie de conséquence, son adhérente, la Fédération du Crédit Mutuel Centre Est Europe, est également incompétente pour exercer des prérogatives de puissance publique aux sociétaires du 

2

Crédit Mutuel ; que le litige soulevé par la présente requête, qui oppose deux personnes morales de droit privé, relève de la compétence exclusive des juridictions de l'ordre judiciaire ; qu'au surplus de telles conclusions, qui ne sont pas dirigées contre une décision administrative, ni ne tend à la condamnation d'une personne publique à fin d'indemnisation, sont, par leur nature et leur objet, étrangères à la compétence du juge administratif ; que par, suite, la requête susanalysée doit être rejetée comme portée devant un ordre de juridiction manifestement incompétent pour en connaître ;

ORDONNE:

 
Article 1er : La requête susvisée de l' Association des Victimes du Crédit Mutuel est rejetée.

 
Article 2 : La présente ordonnance sera notifiée à l' Association des V ictimes du Crédit Mutuel.

Fait à Strasbourg, le 3 mai 2006.

 

Le vice-président,                                           le greffier, 

B. EVEN                                                        H.RICHERT

 

 


Pièce n° 4

 

Tribunal des conflits

statuant

au contentieux

N° 02086

Publié aux Tables du Recueil Lebon

 
M. Gardon, Rapporteur

M. Rougevin-Baville, Commissaire du gouvernement

 
M. Ducoux, Président

 
Lecture du 6 novembre 1978

REPUBLIQUE FRANCAISE

 

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

 

Vu, enregistrée au Tribunal des Conflits le 10 avril 1978, une expédition du jugement en date du 5 avril 1978 par lequel le Tribunal de grande instance de Paris a renvoyé au Tribunal des Conflits le soin de décider sur la question de compétence soulevée par l'instance engagée par la Caisse de crédit mutuel des agents du Trésor public contre la Confédération nationale du crédit mutuel, en vue de faire déclarer nulle et non avenue la décision en date du 17 septembre 1969 par laquelle le Comité central de ladite Confédération avait refusé d'inscrire sur la liste prévue par l'article 1er du décret n. 67-1035 du 25 novembre 1967, la Caisse de crédit mutuel du syndicat chrétien du Trésor, ainsi que de faire ordonner à la Confédération d'inscrire sur cette liste la Caisse demanderesse avec sa raison sociale originaire et la rédaction primitive des articles 3 et 6 de ses statuts, en raison du risque de conflit négatif résultant de ce que, par jugement du 24 juin 1975, le Tribunal administratif de Paris a décliné la compétence de la juridiction administrative sur le même litige. Vu le jugement précité du 24 juin 1975 du Tribunal administratif de Paris. Vu, enregistrées comme ci-dessus le 19 mai 1978, les observations présentées par le ministre de l'Economie et tendant à ce que la juridiction administrative soit déclarée compétente. Vu, enregistrées comme ci-dessus le 9 juin 1978, les observations présentées pour la Caisse de crédit mutuel des agents du Trésor public et s'en rapportant à la sagesse du Tribunal des Conflits. Vu, enregistrées comme ci-dessus le 22 juin 1978, les observations présentées pour la Confédération nationale du Crédit mutuel et tendant à ce que la juridiction administrative soit déclarée compétente. Vu la loi des 16-24 août 1790 et le décret du 16 fructidor an III ; Vu le décret du 26 octobre 1849 modifié et complété par le décret du 25 juillet 1960 ; Vu la loi du 24 mai 1872.

 
Considérant qu'il résulte des dispositions de l'article 5 de l'ordonnance n. 58-866 du 16 octobre 1958 que chaque caisse de crédit mutuel doit adhérer à une fédération régionale et chaque fédération régionale à la confédération nationale du crédit mutuel dont les statuts sont approuvés par le ministre des Finances ; que la Confédération nationale du crédit mutuel est chargée notamment de représenter collectivement les caisses de crédit mutuel pour faire valoir leurs droits et intérêts communs, d'exercer un contrôle administratif, technique et financier sur l'organisation et la gestion de chaque caisse de crédit mutuel et de prendre toutes mesures nécessaires au bon fonctionnement du crédit mutuel, notamment en favorisant la création de nouvelles caisses ou en provoquant la suppression de caisses existantes, soit par voie de fusion avec une ou plusieurs caisses, soit par voie de liquidation amiable ; que le ministre des Finances désigne un Commissaire du Gouvernement auprès de la Confédération nationale du crédit mutuel. Considérant qu'en attribuant ainsi à la Confédération la mission de veiller au bon fonctionnement du crédit mutuel et la dotant des pouvoirs les plus étendus d'organisation et de gestion sur les caisses qu'elle représente, le législateur a confié à cette Confédération, bien que celle-ci soit une association de droit privé régie par la loi du 1er juillet 1901, l'exécution, sous le contrôle de l'administration, d'un service public impliquant l'usage de prérogatives de puissance publique ; que la décision du 17 septembre 1969 par laquelle le Comité central de la Confédération nationale du crédit mutuel a refusé d'agréer la Caisse de crédit mutuel du Syndicat chrétien du Trésor en précisant que cette caisse ne pourrait être inscrite sur la liste prévue par l'article 1er du décret n° 67-1035 du 25 novembre 1967 qu'à la condition que la mention "syndicat chrétien" disparaisse de sa raison sociale et que les statuts n'y fassent plus référence, a été prise pour l'accomplissement d'un service public et dans l'exercice de prérogatives de puissance publique ; que la connaissance de l'action en annulation d'une telle décision ressortit à la juridiction administrative.

 
DECIDE :

 Article 1er  Il est déclaré que les juridictions de l'ordre administratif sont compétentes pour se prononcer sur le litige opposant la Caisse de crédit mutuel des agents du Trésor public à la Confédération nationale du crédit mutuel.

 Article 2 - L'assignation délivrée le 28 février 1977 à la requête de la Caisse de crédit mutuel des agents du Trésor public, ainsi que la procédure à laquelle elle a donné lieu devant le Tribunal de grande instance de Paris, à l'exception du jugement du 5 avril 1978, sont déclarées nulles et non avenues.

 Article 3 - Le jugement du Tribunal administratif de Paris en date du 24 juin 1975 est déclaré nul et non avenu en tant qu'il a déclaré que les juridictions de l'ordre administratif étaient incompétentes pour connaître dudit litige ; la cause et les parties sont renvoyées devant le Tribunal administratif de Paris.
 
 
 
 
 


 

 
 
Pièce n° 5

 Tribunal des conflits

statuant

au contentieux

 
N° 02054

 Publié au Recueil Lebon

 M. Charliac, Rapporteur

Mme Grévisse, Commissaire du gouvernement

M. Pauthe, Président

 

Lecture du 2 mai 1977

 

REPUBLIQUE FRANCAISE

 AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

 

VU LA LOI DES 16-24 AOUT 1790 ; LE DECRET DU 16 FRUCTIDOR AN III ; LE DECRET DU 26 OCTOBRE 1849, MODIFIE ET COMPLETE PAR LE DECRET DU 25 JUILLET 1960 ; LA LOI DU 24 MAI 1872 ;

 

CONSIDERANT QU’IL RESULTE DES DISPOSITIONS DE L’ARTICLE 5 DE L’ORDONNANCE 58-866 DU 16 OCTOBRE 1958 QUE CHAQUE CAISSE DE CREDIT MUTUEL DOIT ADHERER A UNE FEDERATION REGIONALE ET CHAQUE FEDERATION REGIONALE A LA CONFEDERATION NATIONALE DU CREDIT MUTUEL DONT LES STATUTS SONT APPROUVES PAR LE MINISTRE DES FINANCES ; QUE LA CONFEDERATION NATIONALE DU CREDIT MUTUEL EST CHARGEE NOTAMMENT DE REPRESENTER COLLECTIVEMENT LES CAISSES DE CREDIT MUTUEL POUR FAIRE VALOIR LEURS DROITS ET INTERETS COMMUNS, D’EXERCER UN CONTROLE ADMINISTRATIF, TECHNIQUE ET FINANCIER SUR ’ORGANISATION ET LA GESTION DE CHAQUE CAISSE DE CREDIT MUTUEL ET DE PRENDRE TOUTES MESURES NECESSAIRES AU BON FONCTIONNEMENT DU CREDIT MUTUEL, NOTAMMENT EN FAVORISANT LA CREATION DE NOUVELLES CAISSES OU EN PROVOQUANT LA SUPPRESSION DE CAISSES EXISTANTES, SOIT PAR VOIE DE FUSION AVEC UNE OU PLUSIEURS CAISSES, SOIT PAR VOIE DE LIQUIDATION AMIABLE ; QUE LE MINISTRE DES FINANCES DESIGNE UN COMMISSAIREDU GOUVERNEMENT AUPRES DE LA CONFEDERATION NATIONALE DU CREDIT MUTUEL ; CONS. , D’UNE PART, QU’EN ATTRIBUANT AINSI A LA CONFEDERATION LA MISSION DE VEILLER AU BON FONCTIONNEMENT DU CREDIT MUTUEL ET EN LA DOTANT DES POUVOIRS LES PLUS ETENDUS D’ORGANISATION ET DE GESTION SUR LES CAISSES QU’ELLE REPRESENTE, LE LEGISLATEUR A CONFIE A CETTE CONFEDERATION, BIEN QUE CELLE-CI SOIT UNE ASSOCIATION DE DROIT PRIVE REGIE PAR LA LOI DU 1ER JUILLET 1901, L’EXECUTION, SOUS LE CONTROLE DE L’ADMINISTRATION, D’UN SERVICE PUBLIC IMPLIQUANT L’USAGE DES PREROGATIVES DE PUISSANCE PUBLIQUE ; QUE, DES LORS, IL N’APPARTIENT QU’A LA JURIDICTION ADMINISTRATIVE D’APPRECIER LA VALIDITE DES MODIFICATIONS APPORTEES AUX STATUTS DE LA CONFEDERATION NATIONALE DU CREDIT MUTUEL, LE 17 JANVIER 1973, PAR LA DELIBERATION DE L’ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DE LADITE CONFEDERATION ; CONS. D’AUTRE PART, QUE LA DELIBERATION DU 29 JANVIER 1974 PAR LAQUELLE LE CONSEIL D’ADMINISTRATION ET LA CONFEDERATION A DECIDE QUE LES CAISSES DE CREDIT MUTUEL DE CHERBOURG, AVRANCHES, VALOGNES ET PICAUVILLE DEVAIENT ADHERER A LA FEDERATION REGIONALE DU MAINE-ANJOU SUBSTITUEE A LA FEDERATION DE BASSE-NORMANDIE DISSOUTE, LA DECISION DU 27 MAI 1974 PAR LAQUELLE LA CONFEDERATION A PRONONCE LA RADIATION DES CAISSES PRECITEES ET LA DELIBERATION DU 3 SEPTEMBRE 1974 PAR LAQUELLE L’ASSEMBLEE GENERALE DE LA CONFEDERATION A CONFIRME LES DECISIONS PRECEDENTES ONT ETE PRISES POUR L’ACCOMPLISSEMENT D’UN SERVICE PUBLIC ET DANS L’EXERCICE DE PREROGATIVES DE PUISSANCE PUBLIQUE ; QUE LA CONNAISSANCE DU LITIGE SOULEVE PAR L’APPLICATION DE CES DECISIONS RESSORTIT A LA JURIDICTION ADMINISTRATIVE ; [VALIDATION DE L’ARRETE DE CONFLIT].

 

 Titrage : 17-03-02-07-03 COMPETENCE - REPARTITION DES COMPETENCES ENTRE LES DEUX ORDRES DE JURIDICTION - COMPETENCE DETERMINEE PAR UN CRITERE JURISPRUDENTIEL - PROBLEMES PARTICULIERS POSES PAR CERTAINES CATEGORIES DE SERVICES PUBLICS - ORGANISME PRIVE GERANT UN SERVICE PUBLIC - Confédération nationale du crédit mutuel.

 

20-02 CREDIT ET BANQUES - BANQUES - Confédération nationale du crédit mutuel - Compétence juridictionnelle.

 
Résumé : 17-03-02-07-03, 20-02 1] En attribuant à la Confédération nationale du crédit mutuel la mission de veiller au bon fonctionnement du crédit mutuel et en la dotant des pouvoirs les plus étendus d’organisation et de gestion sur les caisses qu’elle représente, le législateur a confié à cette confédération, bien que celle-ci soit une association de droit privé régie par la loi du 1er juillet 1901, l’exécution, sous le contrôle de l’administration, d’un service public impliquant l’usage des prérogatives de puissance publique. Par suite, la juridiction administrative est compétente pour apprécier la validité des modifications apportées aux statuts de la confédération. 2] La délibération par laquelle le conseil d’administration de la Confédération a décidé que certaines caisses de crédit mutuel devaient adhérer à une fédération régionale substituée à une autre dissoute, la décision de la confédération prononçant la radiation de ces caisses et la délibération de l’assemblée générale de la confédération confirmant les décisions précédentes ont été prises pour l’accomplissement d’un service public et dans l’exercice de prérogatives de puissance publique : compétence de la juridiction administrative pour connaître du litige soulevé par l’application de ces décisions.

 Textes cités : Loi 1901-07-01, Ordonnance 58-966 1958-10-16 Art. 5.

Conflit POSITIF



 

Pièce n° 6

 

RAPPORT SUR LA CONFEDERATION DU CREDIT MUTUEL

ORGANE PRETENDU DE TUTELLE DU CREDIT MUTUEL

Rapport établi d’après les documents communiqués par la Préfecture de Police de Paris où une association loi 1901 dénommée « Confédération Nationale du Crédit Mutuel » a été déclarée le 28 avril 1958.


Il ressort de ce rapport que ladite Confédération Nationale du Crédit Mutuel n’a jamais acquis la capacité juridique l’autorisant à exercer des prérogatives de puissance publique, que le statut loi 1901 ne permettait pas l’exercice de prérogatives prévues par l’ordonnance 58-966 du 16 octobre 1958, puisque les associations loi 1901 sont strictement de droit privé liées par convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun, d'une façon permanente, leurs connaissances ou leur activité dans un but autre que de partager des bénéfices et qu’elles sont régies, quant à leur validité, par les principes généraux du droit applicables aux contrats et obligations.

 
Il ressort également qu’il n’existe dans le dossier aucune participation de l’Etat et notamment aucune décision ayant approuvé les statuts de cette association.

 
Les documents sont épars, incomplets et sans valeur juridique à opposer à l’Etat et aux tiers puisqu’ils sont une convention entre des personnes privées régie par les principes généraux du droit applicable aux contrats et obligations.

 
Il n’existe aucun convention ou contrat passé entre l’Etat et l’association.

 
Date de déclaration : 28 avril 1958 sous le numéro 44730

Date de publication au JO  le 30 mai 1958

 
De manière constante, l’association ne fait pas figurer dans ses documents la justification obligatoire de sa déclaration à la préfecture de Police de Paris et de sa publication au Journal officiel de la République.

 


Procès-verbal de l’assemblée constitutive de la CONFEDERATION NATIONALE DU CREDIT MUTUEL.

Note :   sur les pages est apposé un timbre de 240 francs sur lequel le cachet de la Fédération Centrale du Crédit Agricole Mutuel 20 bis, rue Lafayette Paris 9e

Les soussignés :

M. d’Andlau, Président de la Fédération Centrale du Crédit Agricole Mutuel, demeurant à Ittenwiller – Saint-Pierre (Bas-Rhin)

M. de la CHESNAIS, Président de la Fédération des Caisses de Crédit Mutuel Libres à responsabilité illimitée, demeurant : 20 Boulevard Sévigné à Rennes (Ille et Vilaine)

agissant tous deux en vertu des pouvoirs conférés par leur Conseil d’administration,

M. H. ARDANT, Président Directeur Général de la Banque Française de l’Agriculture, Directeur Général de l’Union Française pour l’Equipement agricole, demeurant : 87, Quai d’Orsay, Paris 7E

Personnalité reconnue comme particulièrement qualifiée en matière de crédit mutuel, 

se sont réunis à Paris, 20 bis, rue La Fayette, pour constituer entre eux la CONFEDERATION NATIONALE DU CREDIT MUTUEL

Ils ont approuvé et signé les statuts dont un exemplaire est annexé au procès-verbal

Fait à Paris, le 14 avril 1958

M. d’ANDLAU                                   M. ARDANT                      M. de la CHESNAIS

 

La Confédération Nationale du Crédit Mutuel a été créé par trois personnes privées :

Christian d'Andlau membre fondateur en qualité de président mandaté par la FEDERATION CENTRALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL,

20 bis, rue de  Lafayette PARIS IXe  au statut inconnu, M. d’Andlau n’a produit aucun mandat de cette fédération.

Toutefois Christian d’Andlau devenu Président de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel déclare à la préfecture le 25 avril 1963 que depuis le 9 avril 1959, deux fédérations ont adhéré à la Confédération nationale du Crédit Mutuel, dont la « Fédération des caisses de Crédit Agricole Mutuel (Raiffeisen) siège : 20 bis rue La Fayette Paris 9ème , constituée le 14 mars 1962, qui n’avait pas d’existence légale au 14 avril 1958.

Christian d’Andlau a omis de préciser qu’il représentait des intérêts financiers privés considérables puisqu’il était à l’époque (par la suite cette dite Fédération Centrale du Crédit Agricole Mutuel qui devait regrouper les caisses d’Alsace-Moselle et qui n’aurait été constituée que le 14 mars 1962, ne sera plus évoquée) :

- président de la « Fédération Agricole d’Alsace et de Lorraine » (FAAL) qui s‘est substitué à la Fédération des Caisses de Crédit Agricole Mutuel (Raiffeisen)

- président-directeur-général de la société anonyme BANQUE FEDERATIVE RURALE,

- président de l’association coopérative de droit local l’EXPANSION RURALE et URBAINE.

M. de la Chesnais, président de la FEDERATION DES CAISSES DE CREDIT MUTUEL LIBRES à responsabilité limitée, il ne peut s'agir d'une association loi de 1901 puisqu'il a été ajouté "à responsabilité limitée donc c'est probablement une société coopérative loi de 1947 ?

Il est indiqué que d'Andlau et de la Chesnais agissent en vertu des pouvoirs conférés par leur conseil d'administration (quel était le statut de ces fédérations pour avoir chacune un conseil d'administration ? ) les pouvoirs devaient impérativement être joints à déclaration à la Préfecture.

 
M. Henri Ardant, président-directeur-général de la :BANQUE FRANCAISE de l’AGRICULTURE et directeur général de l’UNION FRANCAISE pour l’EQUIPEMENT AGRICOLE.

Henri Ardant est présenté en qualité de personne reconnue (par qui ?) comme particulièrement qualifiée en matière de crédit mutuel.

Il sera le premier président de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel.

Henri Ardant et de sa qualité de banquier avait participé à l'élaboration de loi bancaire de 1941 et  à ce titre des relations qu'il avait noué avec le ministère des  finances.

Sous l’occupation Henri Ardant était PDG, (une fonction créée par l'état Vichyssois) du comité des banques.

Destitué à la libération, il séjourna une petite année à la prison de Fresnes et comme l'écrit élégamment par ailleurs le rédacteur de l'histoire du Crédit Mutuel où Henri Ardant se recasa, « il connut une certaine disgrâce après la guerre » !

 
Il faut se reporter au travail de Claire Andrieu paru en 1990 sous le titre « la banque sous l'occupation » pour en savoir un peu plus sur Henri Ardant, qu’elle qualifie de « maréchaliste de la première heure, nationaliste et catholique façon Opus Dei, ouvertement antisémite ».

 

En conclusion la CNCM a été déclarée par trois personnes physiques qui n’engageaient qu’eux-mêmes en l’absence de production de mandat des entités juridiques qu’ils prétendent représenter.

 



Statuts d’origine de la CONFEDERATION NATIONALE DU CREDIT MUTUEL

 

CONFEDERATION NATIONALE DU CREDIT MUTUEL

STATUTS

I – CONSTITUTION

Art.1

Entre les Fédérations, Associations et personnes désignées à l’article 2, il est constitué une association qui prend le titre de :

CONFEDERATION NATIONALE DU CREDIT MUTUEL

 Ce groupement est régi par les dispositions de la loi du 1er juillet 1901 et les dispositions suivantes :

 Art.2

 Peuvent faire partie de la Confédération :

- les Fédérations ou Associations, groupant (séparément ou ensemble des caisses de Crédit Mutuel Libres, agricoles, rurales, urbaines ou ouvrières,

- les associations s’intéressant exclusivement au crédit mutuel,

- les membres individuels particulièrement compétents en matière de crédit mutuel

Font partie de la Confédération, les fédérations, associations ou membres désignés ci-dessus qui :

- sont agréés par le Comité Central de la Confédération

- s’engagent à payer une cotisation annuelle déterminée par l’assemblée générale.

 Les membres individuels peuvent à tout moment se retirer de la Confédération. Ils devront alors faire parvenir, par lettre recommandée par la poste, leur démission au Président de la Confédération. Ces membres démissionnaires seront toujours tenus de payer leur cotisation de l’année en cours.

  Art.3

 Le siège de la Confédération est fixé à Paris, 20 bis rue La Fayette.

La durée de la Confédération est illimitée, elle commence le jour du dépôt des présents statuts.

 
II- OBJET

Art. 4

 la Confédération Nationale du Crédit Mutuel a pour objet :

- de servir de trait d’union entre les fédérations ou Associations adhérentes,

- de coordonner les efforts de chacune des branches du crédit mutuel libre représentées au sein des Fédérations ou Associations adhérentes,

- de défendre les intérêts communs des fédérations ou Associations adhérentes,

- d’étudier toutes questions relatives à l’organisation, au fonctionnement, à l’orientation, au perfectionnement du crédit mutuel libre,

- de favoriser le plus possible, le développement du crédit mutuel libre sous toutes ses formes.

 
III – ADMINISTRATION

Le comité Central

Art. 5

 La Confédération est administrée par un Comité Central composé au minimum de trois membres.

Sont membres de droit du Comité Central : les présidents des Fédérations ou Associations adhérentes.

Les autres membres sont élus par l’Assemblée Générale à titre personnel.

 
Art. 6

 Les membres du Comité Central sont élus pour 4 ans. Les membres sortant sont toujours rééligibles.

En cas de décès, démission ou départ, ou pour toute autre cause, d’un ou plusieurs membres du Comité Central, le dit Comité Central peut procéder provisoirement à leur remplacement. Le choix du Comité doit être soumis à la ratification de la plus prochaine Assemblée Générale.

Chaque membre ainsi nommé achève le temps de celui qu’il remplace.

Le Comité Central se réunit au moins une fois par trimestre, sur la convocation de son Président.

Il délibère valablement lorsque trois membres au moins sont présents.

Les décisions sont prises à la majorité des membres présents, dont les noms sont inscrits au procès-verbal de la séance.

En cas de  partage égal, la voix de celui qui préside est prépondérante.

Il est tenu un registre des procès-verbaux des séances. Les procès-verbaux sont signés par le Président et par le secrétaire de séance.

Les extraits des dits procès-verbaux sont certifiés et signés par le Président de la Confédération Nationale ou à défaut par le Secrétaire Général.

 
Art. 7

 Le Comité Central a les pouvoirs les plus étendus pour l’administration de la Confédération Nationale. Il peut déléguer tout ou partie de ses pouvoirs à l’un de ses membres ou à toute autre personne même étrangère à la Confédération avec au besoin, pouvoir de substitution pour l’exécution des décisions de l’assemblée générale et du Comité Central, ainsi que de tous les actes engageant la Confédération Nationale. Il la représente vis-à-vis des tiers. Il délibère et statue sur tous ces intérêts.

Le Président du Comité Central ou son délégué, représente la Confédération dans tous les actes de la vie civile. Il est chargé du choix, et s’il y a lieu, de la révocation du personnel, dont il établit les attributions et fixe les traitements.

 

L’assemblée Générale

Art. 8

 L’Assemblée Générale se compose des Présidents des organisations adhérentes et des membres adhérents à titre individuel à la Confédération.

Sur convocation du Président, adressée au moins 10 jours à l’avance, l’Assemblée Générale se réunit au moins une fois par an.

 Art. 9

 L’assemblée Générale entend chaque année le rapport sur les comptes, la gestion et les travaux de la Confédération.

Elle arrête chaque année un projet de budget pour l’exercice, en tenant compte des charges probables qui incomberons à la Confédération.

Elle a tous pouvoirs pour modifier les statuts de la Confédération.

Elle a seule capacité pour prononcer l’exclusion de la Confédération, et approuve souverainement les actes du Comité Central.

 Art. 10

 Le Président du Comité Central préside les séances de l’Assemblée Générale dont il conduit les délibérations.

Le vice-Président remplace le Président en cas d’empêchement.


IV – RESSOURCES

Art. 11

Le patrimoine de la Confédération Nationale est formé des cotisations des Fédérations ou Associations affiliées et des cotisations des membres individuels, redevances diverses, subventions qui pourraient être consenties à la Confédération Nationale.

Il est administré par le Comité Central qui rend compte de la gestion financière en assemblée générale.

 
Art. 12

 Les cotisations sont fixées par un règlement intérieur  établi par le Comité Central et approuvé par l’Assemblée Générale.

 Art. 13

 Les cotisations sont recouvrées par les soins du Comité Central qui peut déléguer tout ou partie de ses pouvoirs.

La cotisation est due pour l’année entière, quelle que soit la date de l’adhésion.

 

V – DISPOSITIONS GENERALES

 Art. 14

En cas de dissolution ou de liquidation de la Confédération Nationale, l’Assemblée Générale nommera un liquidateur chargé de réaliser l’actif de la Confédération. Cet actif pourra être soit réparti entre ses membres, soit affecté à une ou plusieurs institutions de crédit mutuel. Si l’actif est réparti entre les membres, il le sera proportionnellement aux cotisations qu’ils auraient versés pendant les cinq premières années.  (approuvé 1 mot -ajouté et 27 mots rayés nuls)

En cas de liquidation, le passif sera supporté suivant le barème, par les membres. Exceptionnellement, la dissolution, la liquidation, la transformation ou l’annexion à une autre association ne pourront être décidées que par une Assemblée Générale extraordinaire réunissant au moins les 2/3 des organismes adhérents et des membres individuels adhérents, présents ou représentés.

Les convocations à cette Assemblée Générale extraordinaire devront être adressées 15 jours au moins à l’avance.

Au cas où le quorum prévu au paragraphe précédent ne serait pas atteint, il serait convoqué dans les mêmes formes une seconde assemblée générale extraordinaire, dont les décisions seraient valables, quel que soit le nombres des organismes adhérents et des membres présents ou représentés.

 

Fait à Paris, le 14 avril 1958

 

Signatures

M. d’ANDLAU                                       M. ARDANT                                       M. de la CHESNAIS

 

 

Il est impossible que les signataires de l’ordonnance du 16 octobre 1968 prise en vertu de la loi sur les pleins pouvoirs alors que cette loi n’était plus applicables depuis le 5 octobre 1958, date de la promulgation de la Constitution, le général de Gaulle, Michel Debré et Antoine Pinay, aient eu pour intention de livrer les caisses de crédit mutuel et leurs intérêts financiers, à trois personnes privées dont un personnage au passé aussi douteux qu’Henri Ardant, ancien président de la société générale chargé de l’aryanisation des banques sous l’occupation. Il s’agit d’une imposture organisée par Christian d’Andlau, Henri Ardant de de la Chesnais.

 
Il ressort que les statuts du 14 avril 1958 ne contiennent aucune disposition pouvant impliquer l’Etat et démontrant qu’il ait confié des prérogatives de puissance publique à cette association déclarée le 28 avril 1958.

 
Il n’existe aucune preuve de l’existence d’une décision du ministre des finances qui ait approuvé les statuts de la CNCM qui seront en vigueur jusqu’au 17 mars 1959.

Depuis 1958 la gestion de la Confédération du Crédit Mutuel est « de fait ».

 
Après la création de la CNCM avec ses statuts et la publication de l'ordonnance du 17 octobre 1958, il faut attendre une assemblée du 17 mars 1959 qui adopte de nouveaux statuts.

La déclaration est faite par Henri Ardant le 9 avril 1959, il décède 8 jours plus tard le 18 avril 1959, une nouvelle composition  du comité central est adoptée :

 

 


CONFEDERATION NATIONALE DU CREDIT MUTUEL

 20bis RUE LA FAYETTE - PARIS 9e

TÉL. TAITBOUT 62- 40

 

­Le président de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel fait connaître que la Confédération Natio­nale du Crédit Mutuel est administrée par un Comité Cen­tral dont les Membres sont les suivants :

 

M. Henri ARDANT, Président de la Banque Française de l’Agriculture et du Crédit Mutuel,

20bis rue La Fayette, PARIS (IXème)

 
M. Christian d’ANDLAU, Président de la Fédé­ration Centrale du Crédit Agricole Mutuel, vice-président du Crédit Mutuel

3, Quai de Paris,  Strasbourg (B. Rh.)

 
M. Yves HOUITTE de la CHESNAIS, Président de la Fédération des Caisses de Crédit Mutuel Libres à Responsabilité Illimitée

20, Bld Sévigné

Rennes (I.-et-V.)

 
Georges CLEMENTZ, Président de la Fédéra­tion Régionale des Caisses de Crédit Mutuel de la Ré­gion Parisienne ,

55, Bld Berthier

Versailles (S.-et-O.)

 
M. Robert LANGE, Président de la Fédération Régionale des Caisses de Crédit Mutuel d’Eure-et­-Loir et Départements Limi­trophes,

Beauvilliers

par Loigny-la-Bataille

Orgères (E.-et-L.)

 
M. Henri LESAFFRE, Président de la Fédération Régionale des Caisses de Crédit Mutuel de Vendée, Loire et Sèvres

8, place du Théâtre

La Roche sur Yon (Vendée)

 

M. Paul VIVIEN, Président de la Fédération Régionale des Caisses de Crédit Mutuel du Maine et de l’Anjou

3, place Saint-Tugal

Laval (Mayenne)

 
Fait à Paris, le 9 avril mil neuf cent cinquante neuf

 
Christian d’ANDLAU                        Henri ARDANT

 

 

Commentaires :

Henri ARDANT est toujours Président bien que le siège de la CNCM soit à l’adresse de la prétendue Fédération centrale du Crédit Agricole Mutuel présidée par Christian d'ANDLAU.

Curieusement Christian d'ANDLAU ne fait pas adhérer la « Fédération Agricole d’Alsace et de Lorraine » (FAAL) qu’il préside et qui contrôle la société anonyme commerciale BANQUE FEDERATIVE RURALE (BFR) dont il est le PDG et l’association coopérative commerciale régies par une loi locale dénommée l’EXPANSION RURALE ET URBAINE qu’il préside également.

Le 9 avril 1959 Christian d’Andlau se présente toujours uniquement en qualité de président Fédération Centrale du Crédit Agricole Mutuel au statut inconnu.

Il y avait manifestement une rivalité entre Ardant et d'Andlau pour prendre le pouvoir.

(Ardant refusait-il la FAAL au motif que son statut et celui des caisses associations-coopératives de droit local étaient incompatibles  avec la  CNCM  ?  ou son passé collaborationniste pouvait empêcher Ardant de faire adhérer la FAAL et la BFR au passé également nazi et rattachée à Munich sous l’occupation, car s'étant fait blanchir après un an de prison, Ardant ne souhaitait certainement pas en reprendre !!!)

Le décès de d'ARDANT huit jours plus tard, le 18 avril 1959 va permettre à d'ANDLAU de prendre le pouvoir et de capter les caisses par la FAAL mais surtout par la banque commerciale Banque Fédérative Rurale dont il est le PDG et qui va-  devenir le puissant groupe bancaire actuel, déclaré sous la marque commerciale « CREDIT MUTUEL CENTRE EST EUROPE » qui est le propriétaire du groupe CIC cédé par l’Etat avec le faux agrément de la Banque Mosellane radiée en 1957 par le tribunal d’instance de Metz .

 



Les statuts adoptés le 9 avril 1959 et qui resteront en vigueur jusqu’en 1973

 

CONFEDERATION NATIONALE DU CREDIT MUTUEL

20bis RUE LA FAYETTE - PARIS 9e

 TÉL. TAITBOUT 62- 40

 
 

LE PRÉSIDENT

 
Le Président de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel déclare que les statuts de la Confédé­ration Nationale du Crédit Mutuel, Association de la Loi de 1901 déclarée le 6 Mai 1958, ont été modifiés par l’as­semblée Générale Extraordinaire du 17 Mars 1959 qui a adopté les nouveaux statuts ci-joints.

 
Fait à PARIS, le 9 Avril mil neuf cent cinquante neuf.

 
Signé Henri ARDANT

 


 

STATUTS

de la

 
CONFEDERATION NATIONALE DU CREDIT MUTUEL

 

 

 Approuvés par l’assemblée Générale

Extraordinaire du 17 mars 1959

 

1.

TABLE DES MATIERES

 
 

TITRE I

Constitution, Objet,  Siège et Durée

 

Art. 1 - Constitution.

Art. 2 - Objet.

Art. 3 - Siège et durée.

 

TITRE II

Structure

 

Art. 4 - Adhésion à la Confédération.

Art. 5 - Retrait de la Confédération.

Art. 6 -  Caisses de Crédit Mutuel

Art. 7 -  

Art. 8 -  

Art. 9 -  

 

Art. 10 - Fédérations Régionales.

Art. 11 - 

 

TITRE III

Fonctionnement

 

Art. 12 - l’Assemblée Générale.

Art. 13 - 

 

Art. 14 -  Comité Central

Art. 15 -  

Art. 16 -  

 

Art. 17 - Comité Technique.

Art. 18 - Ressources.

 

TITRE IV

Contrôle

 

Art. 19 -

 

TITRE V

 

Dispositions Générales

 

Art. 20 -

­Art. 21 -

­Art. 22 -

 

 

TITRE I

 

CONSTITUTION, OBJET, SIEGE, DUREE


Art. 1
- Constitution

Entre les Fédérations, Associations et personnes physiques désignées à l’article 4, il est constitué une Association qui prend le titre de : 

CONFEDERATION NATIONALE DU CREDIT MUTUEL

 
Ce groupement est régi par les dispositions de la loi du 1er juillet 1901, de l’article 5 de l’ordonnance n° 58-966 du 16 octobre 1958 et les dispositions suivantes :

Art. 2 - Objet

 La Confédération Nationale du Crédit Mutuel a pour objet de représenter collectivement les Caisses de Crédit mutuel pour faire valoir leurs droits et intérêts communs,

- d'exercer un contrôle administratif, technique et financier sur l'organisation et la gestion de chaque Caisse de Crédit mutuel,

- de désigner l'établissement bancaire auquel les Caisses dépar­tementales ou interdépartementales doivent être affiliées et par l'intermédiaire duquel sera exercé le contrôle prévu à l'alinéa précédent,

- de prendre toutes mesures nécessaires au bon fonctionnement, à l'organisation et au développement du Crédit mutuel libre, notamment :

- en coordonnant les efforts de chacune des branches de Crédit mutuel libre représentées au sein des Fédéra­tions ou Associations adhérentes,

- en favorisant la création de nouvelles Caisses ou en provoquant la suppression de Caisses existantes, soit par voie de fusion avec une ou plusieurs Caisses, soit par voie de liquidation amiable,

- de prendre, d'accord avec les Fédérations Régionales, toutes dispositions pour la création de fonds de garantie collectifs.

 
Art. 3.  -  Siège et Durée                                                                                                      

 Le siège de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel est à PARIS (IXe), 20 Bis,  rue La Fayette .

 3.

 Il peut être transféré en tout autre endroit de la même ville par simple décision du Comité  Central.

 La durée de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel est illimitée.

 

TITRE II

 
STRUCTURE

 

Art. 4 -  - Adhésion à la Confédération

 La Confédération Nationale du Crédit Mutuel est constituée :

 1°- Par des membres dont l'adhésion est obligatoire en vertu de l'article 5 de l'Ordonnance no 58-966 du 16 Octobre 1958 :

Les Fédérations Régionales :

- groupant les Caisses de Crédit mutuel visées par l'article 5 de l'Ordonnance (même si des Caisses de Crédit mutuel non visées par l'Ordonnance y adhèrent également),

- qui sont agréées par le Comité Central de la Confédé­ration Nationale du Crédit Mutuel.

  2°- Par d'autres membres non soumis à l'article 5 de l’Ordonnance :

 a)   - Les Fédérations Régionales groupant uniquement des Caisses de Crédit Mutuel non visées par l'article 5 de l'Ordon­nance,

  - les Fédérations Nationales ou Associations groupant sépa­rément les Caisses de Crédit mutuel d'une catégorie déterminée,

 dont les membres acceptent d'être soumis aux directives et au contrôle de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel et ont été agréés par le Comité Central.

 
b) - Les Associations s'intéressant exclusivement au Crédit mutuel,

 - les personnes physiques particulièrement compétentes en ­matière de Crédit mutuel, qui sont agrées par le Comité central et qui s’engagent à contribuer à la réalisa­tion des buts et objets de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel et à respecter ses statuts et règle­ments.

 En aucun cas, le nombre total des Associations s'intéressant exclusivement au Crédit mutuel et des personnes physiques ne pourra dépasser le quart des membres adhérents à la Confédé­ration Nationale du Crédit Mutuel.

 Art.5. - Retrait de la Confédération

 1°- Les Fédérations Régionales groupant des Caisses de Crédit mutuel visées par l'article 5 de l'Ordonnance ne peuvent se retirer de la Confédération que conformément aux dispositions de l'article 5 de l'Ordonnance.

 2°- Les autres membres de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel peuvent à tout moment se retirer de celle-ci.

Ils devront alors faire parvenir, par lettre recommandée avec accusé de réception, leur démission au Président de la Confédéra­tion. Ces membres démissionnaires seront toujours tenus de payer leur cotisation de l'année en cours.

 3°- Les Fédérations Régionales qui ne respecteraient pas les dispositions des articles 10 et 11 des présents statuts pourront être exclues de la Confédération par décision de l'Assem­blée Générale.

 Les Caisses de Crédi t mutuel visées par l’article 51 adhérant à cette Fédération Régionale devront alors adhérer à une autre Fédération Régionale ou seront soumises aux dispositions du 4° et du 5° alinéa de l'article 5 de l'Ordonnance.

 Caisses de Crédit mutuel

Art. 6. -

Les Caisses de Crédit mutuel ont exclusivement pour objet le Crédit mutuel et ne peuvent accorder de crédits ou de prêts qu'à leurs seuls sociétaires.

 Les Caisses de Crédit mutuel sont de deux catégories :

 - à la base, ce sont des Caisses locales qui doivent constituer sur le plan administratif des Fédérations Régionales, et sur le plan financier des Caisses départementales ou interdépartementales ;

 - à l'échelon régional, ce sont des Caisses départementales ou interdépartementales, rattachées sur le plan administratif à des Fédérations Régionales ou Nationales

 5.

 - dont l'activité s’inspire des principes généraux du Crédit mutuel : caractère non lucratif et désintéressé, circonscription limitée ou activité restreinte à un groupe humain homogène, gratuité des fonctions de mem­bres des Conseils d'Administration et de Surveillance ;

 - qui s'engageront à respecter les statuts, règlements inté­rieurs, instructions et décisions de leurs Fédérations et de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel.

 2°- En cas de violation grave des dispositions précé­dentes, la radiation d'une Caisse rattachée à la Confédération peut être exigée de la Fédération régionale par le Comité Central. La Fédération Régionale peut faire appel devant l’Assemblée Générale.

  3°- Un règlement intérieur complètera en tant que de besoin les dispositions du présent article et en précisera les modalités.

 
Fédérations Régionales

 Art. 10 - Constitution

 1° - Les Caisses de Crédit mutuel rurales, urbaines, ouvrières, agricoles et professionnelles d'une région détermi­née et qui ne relèvent pas d'un statut exclusif, peuvent consti­tuer ensemble ou séparément, des Fédérations Régionales.

 2° - Les Caisses locales, départementales ou inter­départementales de Crédit mutuel, régies par l'article 5 de l'Ordonnance, constituent obligatoirement, au regard de cet arti­cle5 des Fédérations Régionales.

 Les autres Caisses de Crédit mutuel peuvent adhé­rer à une Fédération Régionale.

 3° - En cas de contestation entre divers groupes de Caisses, la circonscription des Fédérations Régionales est déter­minée par le Comité Central de la Confédération.

 4° - Au cas où deux Fédérations Régionales existent dans un même département, une Caisse locale exclue d'une Fédéra­tion ne peut pas être admise par l'autre Fédération, sauf autori­sation expresse du Comité Central de la Confédération.

 Art. 11 - Obligations et pouvoirs

 - Les Fédérations Régionales adhérentes sont tenues d’adapter leurs statuts aux directives établies par la Confédéra­tion.

 6.

 3°- Le Président de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel, son Délégué ou le Délégué du Comité Central, peu­vent assister aux Assemblées Générales et aux réunions du Conseil d'Administration de chaque Fédération Régionale avec voix consul­tative et y prendre la parole à toute occasion; ils peuvent se faire communiquer tous livres et documents correspondants, etc… de la Fédération Régionale.

 4°- Les Fédérations Régionales sont chargées :

 - de faire valoir les droits et intérêts communs des Caisses et de les représenter collectivement sur le plan national,

 - d'élaborer les statuts-types pour les Caisses locales et d'approuver leur statut définitif)

- de contrôler les Caisses locales par délégation reçue de la Confédération et sous l’autorité de la Commission de Contrô­le et de Révision.

 
TITRE III

FONCTIONNEMENT

 L'Assemblée Générale

 Art. 12 -

 1°- L'Assemblée Générale se compose des représentants dos organisations adhérentes, contractuellement ou en vertu de la loi, et des personnes physiques adhérentes à la Confédération.

 Chaque membre disposera d’une voix, sauf les Fédérations Régionales qui auront une voix supplémentaire par cinquante Caisses ou fraction de cinquante Caisses locales qu'elles représentent.

 Outre les organisations qu’il représente es qualités, nul ne peut représenter plus d’un membre ou adhérent à l’Assemblée Générale.

Les personnes physiques sont tenues d’exercer leur droit personnellement et ne peuvent se faire représenter.

 7.

 - L'Assemblée Générale se réunit au moins une fois par an sur convocation adressée au moins 10 jours à l'avance par le Président du Comité Central, sur son initiative ou à la demande d'un tiers au moins des Fédérations régionales, ou nationales adhérentes a la Confédération Nationale du Crédit Mutuel.

 Elle peut être convoquée extraordinairement lorsque le Comité Central le juge nécessaire.

 3°- Le Président du Comité Central préside les séan­ces de l'Assemblée Générale dont il conduit les délibérations.

 Le Vice-Président le plus âgé remplace le Président en cas d'empêchement.

 Art.13 -

 L'Assemblée Générale entend chaque année un rapport sur les comptes, la gestion et les travaux de la Confédération et un rapport sur le contrôle effectué par la Commission de Contrôle; elle arrête chaque année un projet de budget pour l'exercice en tenant compte des charges probables qui incombe­ront à la Confédération.

Elle a seule capacité pour prononcer l'exclusion de la Confédération des membres adhérents, sans que cette disposi­tion puisse faire échec aux mesures de sauvegarde que le Comité Central pourrait être amené à prendre dans l'intérêt de la Con­fédération, ni à l'exercice des sanctions laissées à la dili­gence du Comité.

Elle désigne l'Etablissement bancaire auquel les Caisses départementales et interdépartementales doivent être affiliées et par l'intermédiaire duquel sera exercé le contrôle prévu à l'article 2. La majorité du capital de cet Etablisse­ment bancaire devra être détenue par des Caisses de Crédit Mutuel affiliées à une fédération rattachée à la Confédération.

 Elle approuve souverainement les actes du Comité Central qui sont soumis à sa ratification.

 Elle délibère et statue sur toutes les questions portées à l'ordre du jour par le Comité Central ou dont l'ins­cription est demandée un mois avant l'Assemblée par un tiers au moins des membres adhérents.

 Elle délibère valablement au quorum de la moitié des voix.

 Les décisions sont prises à la majorité des membres présents ; en cas de partage égal, la voix du Président est prépondérante.

 8.

 Sous réserve des dispositions de l'article 20, l'As­semblée Générale extraordinaire a tous pouvoirs pour modifier les statuts de la Confédération au quorum de la moitié des voix et à la majorité des deux tiers des voix des membres présents.

Les procès-verbaux des Assemblées Générales seront signés par le Président et le Secrétaire de séance.

 
Le Comité Central

  Art. 14

 1° - La Confédération est administrée par le Comité Central composé au minimum de six membres et, au maximum, de douze.

 Les membres du Comité Central sont élus à titre per­sonnel par l'Assemblée Générale, pour une durée de six ans.

 Ils seront renouvelés par tiers tous les deux ans ; les premiers membres sortants seront désignés par tirage au sort, à l'expiration des 2ème et 4ème années.

 Les membres sortants sont toujours rééligibles.

 En cas de décès, démission ou départ pour toute autre cause, d'un ou plusieurs membres du Comité Central, le­dit Comité Central peut procéder provisoirement à leur rempla­cement. Le choix du Comité doit être soumis à la ratification de la plus prochaine Assemblée Générale.

 Toutefois, si le nombre des membres du Comité à rem­placer excédait la moitié du nombre total des membres, une Assemblée Générale serait convoquée pour procéder à leur remplacement.

 Chaque membre ainsi nommé achève le temps de celui qu'il remplace.

  2°- Le Comité Central désigne son Président et un ou deux vice-Présidents pour une durée de deux années. Ils sont toujours rééligibles.

 Il se réunit chaque fois qu'il est nécessaire et au moins quatre fois par an, sur convocation de son Président ou d'un vice-Président, lorsque le Président est empêché ou de deux de ses membres .

 Il délibère valablement lorsque quatre membres au moins sont effectivement présents s'il se compose de six ou sept membres ; lorsque cinq membres sont effectivement présents

 9.

 s’il se compose de huit, neuf ou dix membres ; lorsque six mem­bres sont effectivement présents s'il se compose de onze ou douze membres.

 Les décisions sont prises à la majorité des membres présents dont les noms sont inscrits au procès-verbal de la séance.

 En cas de partage égal, la voix de celui qui préside est prépondérante.

 Il est tenu un registre des procès-verbaux des séan­ces. Les procès-verbaux sont signés par le Président et par le Secrétaire de séance.

 Les extraits desdits procès-verbaux sont certifiés et signés par le Président du Comité Central ou par le Secré­taire de séance.

 Art. 15

 Le Comité Central a les pouvoirs les plus étendus pour l'administration de la Confédération.

 Le Président du Comité Central représente la Confé­dération dans tous les actes de la vie civile. Il est chargé du choix et s'il y a lieu, de la révocation du personnel dont il établit les attributions et fixe les traitements. D'une fa­çon générale, il assure l'exécution des décisions du Comité Central. Il peut déléguer certains de ses pouvoirs. Il peut désigner un délégué général.

 Le Comité Central peut déléguer sur la proposition du Président, certains de ses pouvoirs à l'un de ses membres ou à- toute autre personne, même étrangère à la Confédération, avec au besoin pouvoir de substitution, pour l'exécution des décisions de l'Assemblée Générale et du Comité Central, ainsi que pour tous les actes engageant la Confédération.

 Art. 16

Le Comité Central détermine, dans les conditions pré­vues à l'article 11, 2° les conditions de constitution de fonctionnement et de contrôle auxquelles doivent se soumettre les différents organismes qui adhèrent à la Confédération Nationale du Crédit Mutuel.

 Il fixe les principes fondamentaux et le cadre des statuts des Caisses de Crédit Mutuel locales, des Caisses dé­partementales ou interdépartementales et des Fédérations Régio­nales qui les groupent, comme il est prévu à l'article 5 de l'Ordonnance du 16 Octobre 1958.

 10.

 Il approuve les Statuts types imposés par les Fédéra­tions Régionales à leurs Caisses locales.

 Il approuve les statuts propres à chacune des cais­ses départementales ou interdépartementales et ceux de chacune des Fédérations régionales.

 Il exerce, par l'intermédiaire de l'Etablissement bancaire désigné par l'Assemblée Générale, le contrôle adminis­tratif, technique et financier sur l'organisation et la gestion de chaque Caisse de Crédit Mutuel comme il est dit au titre IV ci-après.

 Le Comité Central établit un ou plusieurs règlements intérieurs qui sont soumis à la ratification de l’Assemblée Générale.

Le Comité Technique

 Art. 18

 Le Comité Central crée un Comité Technique dont il choisit les membres parmis les techniciens du Crédit Mutuel Libre pour donner son avis sur toutes les questions qui lui seront soumises par le Comité Central.

 Ressources

 Art. 19

Les ressources de la Confédération Nationale du Cré­dit Mutuel proviennent des cotisations des membres, des rede­vances et ressources diverses ou subventions qui pourraient être consenties à la Confédération Nationale du Crédit Mutuel.

 Les cotisations sont fixées par un règlement inté­rieur établi par le Comité Central et approuvé par l’Assemblée Générale.

 1.

TITRE IV

CONTROLE

 Art. 19

 1 ° - Les Caisses de Crédit Mutuel sont soumises à un contrôle qui s'exerce à la fois sur le plan administratif, sur le plan technique et sur le plan financier, et qui s'attache à déceler les insuffisances tant de l'organisation que de la gestion.

 2°- La responsabilité du contrôle incombe à la Con­fédération Nationale du Crédit Mutuel qui exerce ses pouvoirs de contrôle par l'intermédiaire de l'établissement bancaire auquel les Caisses départementales ou interdépartementales sont affiliées et qui a été désigné par l'Assemblée Générale de la Confédération.

 A cet effet l’établissement bancaire devra consti­tuer une "Commission de Contrôle et de Révision" dont le règle­ment intérieur devra être approuvé par le Comité Central.

 3°- a) Le contrôle des Caisses locales est exercé1 par délégation et sous l'autorité de la Commission de Contrôle et de Révision, par chaque Fédération régionale.

 Chaque Fédération devra :

 - adresser chaque année à la Commission de Contrôle et de Révi­sion un rapport d'ensemble sur les travaux de vérification effectués dans son ressort et établi suivant un schéma-type qui aura reçu l'agrément de la Commission,

 - prévenir sans délai la Commission en cas de fautes ou d’er­reurs graves décelées au cours des vérifications.

 b) le contrôle des Caisses départementales ou interdépartementales sera exercé directement par les inspecteurs de la Commission de Contrôle.

  4°- Chaque année, la Commission de Contrôle et de Révision établira, pour être remis au Président de la Confé­dération et présenté à l'Assemblée Générale, un rapport d'en­semble sur les vérifications effectuées au cours de l'exercice écoulé.

 12.

 
TITRE V

 
DISPOSITIONS GENERALES

 Art. 20 -

 En cas de dissolution ou de liquidation de la confé­dération Nationale du Crédit Mutuel, l'Assemblée Générale nom­mera un liquidateur chargé de réaliser l'actif de la Confédéra­tion. Cet actif pourra être affecté à une ou plusieurs insti­tutions de crédit mutuel après remboursement des cotisations versées par les adhérents pendant la durée de l'Association.

 La modification des statuts et, exceptionnellement, la dissolution, la liquidation, la transformation ou l'anne­xion à une autre association ne pourront être décidées que par une Assemblée Générale extraordinaire réunissant au moins les deux tiers des organismes adhérents ou des membres individuels adhérents présents ou représentés.

 Les convocations à cette Assemblée Générale extra­ordinaire devront être adressées 15 jours au moins à l'avance.

 Au cas où le quorum prévu au paragraphe 2 ne serait pas atteint, il serait convoqué, dans les mêmes formes, une seconde Assemblée Générale extraordinaire dont les décisions seraient valables, quel que soit le nombre des organismes adhérents et des membres présents ou représentés.

 Art. 21

 Les nouveaux statuts sont approuvés par une Assem­blée Générale extraordinaire.

 Art. 22

 En ce qui concerne les Caisses de Crédit Mutuel visées par l'article 5 de l'Ordonnance du 16 Octobre 1958, les présents statuts sont établis en conséquence de cette Ordonnance et de l'obligation qu'elle fait à ces Caisses d'a­dhérer à la Confédération Nationale du Crédit Mutuel.

 Au cas où, dans l'avenir, le statut légal de ses de Crédit Mutuel viendrait à être modifié, une Assemblée Générale extraordinaire serait convoquée dans les deux mois pour mettre les présents statuts en harmonie avec les dispositions légales, spécialement en ce qui concerne l'obligation faite aux Caisses, par l’Ordonnance du  16 octobre 1958, d'adhérer à la Confédération.

 Paris. le neuf avril mil neuf cent cinquante neuf

 Lu et approuvé   

Henri Ardant

 

 Commentaires

 En dehors de tout contrôle étatique, huit jours après l’adoption des nouveaux statuts et le décès opportun d’Henri Ardant, Christian d’Andlau va prendre le pouvoir absolu de la prétendue Confédération Nationale du Crédit Mutuel, faisant intégrer dès la fin 1959 les caisses de Crédit Mutuel par la FAAL et la BFR qui avait conservé les statuts adoptés en 1941 sous administration  nazie et qui contenaient des dispositions racistes et xénophobes.

Ensuite Christian d’Andlau fera gérer les caisses de Crédit Mutuel d’Alsace-Moselle puis des département limitrophes par la banque commerciale BFR (banque de statut allemand créée également en 1941 et récupérée en dehors de tout contexte légal par Hubert d’Andlau. Christian d’Andlau se servira également par l’ERU en dehors de tout contexte légal. 

Christian d’Andlau apparaît encore dans les documents en 1963 et ensuite il disparaît totalement !

Lui succède en 1969 Théo Braun qui reprend toutes les fonctions de Christian d’Andlau, il sera écarté à son tour en 1985 par Etienne Pflimlin qui se fera élire pour une durée indéterminée.

Après l’éphémère présidence d’Henri Ardant, seuls Christian d’Andlau, Théo Braun et Etienne Pflimlin lui succéderont à la tête de l’empire financier reposant sur les statuts d’une association à but non lucratif régie par la loi du 1er juillet 1901, en dehors de tout contrôle étatique.

Les statuts adoptés en 1959 par des particuliers, en l’absence de décision du ministre qui était requise par la loi, se réfèrent à l’ordonnance 58-966 du 16 octobre 1958 pour faire main basse sur les caisses de Crédit Mutuel en leur imposant des statuts qui enlèvent tous leurs droits aux sociétaires et les spolier de leurs droits aux bénéfices.

Par les statuts adoptés en 1959, des particuliers se sont substitués à l’autorité de l’Etat pour contrôler les comptes des caisses de Crédit Mutuel en lieu et place de l’inspection générale des finances qui était chargée par le législateur de cette vérification.

Le 28 juillet 1959, Christian d’Andlau fait connaître à la préfecture de police, le changement intervenu à la tête de la Confédération et pour la première fois Christian d’Andlau se désigne comme le président de la Fédération Agricole d’Alsace et de Lorraine (FAAL).

 



CONFEDERATION NATIONALE DU CREDIT MUTUEL

z0bis RUE LA FAYETTE - PARIS 9e

 TÉL. TAITBOUT 62- 40

 
Monsieur Christian d'ANDLAU, Président de la Fédéra­tion du Crédit Agricole Mutuel et de la Fédération Agricole d'Alsace et de Lorraine, fait connaître que, à la suite du décès de Monsieur Henri ARDANT, Président de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel, la Confédération est désormais administrée par un Comité Central dont les membres sont les suivants :

 M. Christian d'ANDLAU, Président de la Fédération Centrale de Crédit Agricole Mutuel et Président de la Fédération Agricole d'Alsace et de Lorraine, Président

Mention manuscrite : 20bis rue Lafayette Paris 9e

 M. Yves HOUITTE de la CHESNAIS, Président de la Fédération Centrale de Crédit Mutuel libre à respon­sabilité illimitée et Président de la Fédération Régionale des Caisses de Crédit Mutuel d’Ille-et­-Vilaine et départements limitrophes, Vice-Président,

 M. Georges CLEMENTZ, Président de la Fédération Régionale des Caisses de Crédit Mutuel de la Région Parisienne, Trésorier,

 M. Robert LANGE,  Président de la Fédération Régionale des Caisses de Crédit Mutuel d'Eure-et-Loir et départements limitrophes,

 M. Jean LEDOUX, Président de la Banque Française de l'Agriculture et du Crédit Mutuel,

 M. Henri LESAFFRE, Président de la Fédération Régionale des Caisses de Crédit Mutuel du Maine et de l'Anjou,    erreur !!!   Vendée !

 M. Paul VIVIEN, Président de la Fédération Régionale des Caisses de Crédit Mutuel du Maine et de l'Anjou,

 En outre :

 M. Octave BAJEUX, Président de la Fédération Régionale des Caisses de Crédit Mutuel du Nord, Président de la Fédération Régionale des Caisses de Crédit Mutuel du Pas-de-Calais.

 Et

M. Fernand ROUSSE, Président de la Fédération régionale des Caisses de Crédit Mutuel du Pas de Calais

ont été désignés par le Comité Central comme nouveaux membres sous réserve de leur nomination par la plus prochaine Assemblée générale.

 
PARIS, le vingt juillet mille neuf cent cinquante neuf.

Signé LEDOUX                                                                 signé Christian d’ANDLAU





CONFEDERATION NATIONALE DU CREDIT MUTUEL

20bis RUE LA FAYETTE - PARIS 9e

TÉL. TAITBOUT 62- 40

LE PRÉSIDENT

 Monsieur Christian d’ANDLAU, Président de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel, Membre du Comité Central de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel depuis sa Fonda­tion, le 14 Avril 1958,

 Et Monsieur Jean LEDOUX, Président de la Banque Française de l'Agriculture et du Crédit Mutuel, nouveau Membre du Comité Central de la Confédération Nationale du Crédit Mu­tuel depuis le 21 Mai 1959,

 Demandent à Monsieur le Préfet de Police de donner à la Confédération Nationale du Crédit Mutuel - Siège à PARIS(IXème) 20bis, rue Lafayette – un nouveau registre des modifications.  Mention manuscrite : L’ancien étant été par erreur pour les procès-verbaux

 Fait à Paris le dix huit Juillet mil neuft cent cinquante neuf.

 

Signé Jean LEDOUX                                               signé Christian d’ANDLAU

 



Autre document

Le Président de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel déclare que depuis le 9 avril 1959 :

- les Fédérations suivantes ont adhéré à la Confédération nationale du Crédit Mutuel :

- Fédération des caisses de Crédit Agricole Mutuel (Raiffeisen) siège : 20 bis rue La Fayette Paris 9ème

Date de constitution : 14/3/62.

- Fédération Régionale des Caisses rurales et urbaines de crédit mutuel de Basse Normandie.

Siège 16, rue de l'Ecluse Chette COUTANCES (Manche)

Date de constitution: 21/11/62.

A Paris, le 25 Avril 1963

Christian d'ANDLAU

 

 


Autre document

Monsieur Christian d'ANDLAU, Président de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel fait connaître que le Comité Central est composé actuellement des membres suivants :

- Monsieur Christian d ' ANDLAU  - Président -

Président de la Fédération des Caisses de Crédit Agricole Mutuel (Raiffeisen) 20 bis rue La Fayette PARIS 9ème

Président de la Fédération du Crédit Mutuel d'Alsace et de Lorraine - 3 quai de Paris STRASBOURG (Bas-Rhin)

- Monsieur Yves Houitte de la CHESNAIS : - Vice-Président -

Président de la Fédération régionale des Caisses de Crédit Mutuel d'Ille et Vilaine –

11 boulevard de la Liberté RENNES.

Président de la Fédération des Caisses de crédit mutuel libre à responsabilité illimitée - 84 rue d'Hauteville PARIS 10e

- Monsieur Georges CLEMENTZ :  - Trésorier -

Président de la Fédération Régionale des Caisses de Crédit Mutuel de la région Parisienne-64, rue d'Hauteville PARIS 10°

- Monsieur Robert LANGE, Président de la Fédération régionale des Caisses de Crédit mutuel d'Eure et Loir et départements limitrophes ­

14, rue de la Madeleine CHATEAUDUN (Eure-et-Loir)

- Monsieur Henri LESAFFRE, Président de la Fédération régionale des Caisses Mutuel de Vendée, Loire et Sèvres.

22, rue Chanzy LA ROCHE SUR YON (Vendée).

- Monsieur Paul VIVIEN,

Président de la Fédération régionale des caisses de crédit Mutuel du Maine et de l'Anjou - 3 place St Tugal LAVAL (Mayenne)

- Monsieur Hervé Eudes de Guébriant,

Président de la Fédération régionale des Caisses de crédit mutuel des Côtes du Nord et du Finistère et arrondissements limitrophes - 45, rue de Brest LANDERNEAU (Finistère)

 A PARIS le 25 Avril 1963

 
Signé Christian d'ANDLAU.

 

Christian d’Andlau n’apparaîtra plus, un document modifiant les statuts a été déposé seulement le 25 août 1969 par Théo Braun qui se qualifie alors de président de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel.

 La suite du dossier confirme le fondement illégal de la CNCM, de ses fédérations et de ses caisses.





Pièce n° 7

Liberté –Egalité - Fraternité

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

 MINISTÈRE DE LA JUSTICE

 
COUR D'APPEL DE CAEN

PARQUET GENERAL

 

CAEN, le 17 janvier 2006

 

LE PROCUREUR GÉNÉRAL

PRÈS LA COUR DAPPEL DE CAEN

 à

 Monsieur le Président de l'Association des Victimes du Crédit Mutuel

 
16 rue de la Marine
85230 BOUIN

 GB - F/B9

 Monsieur le Président,

 Votre lettre du 8 octobre 2005 a retenu toute mon attention. Je suis en mesure de vous faire part des éléments de réponse suivants.

 - Le crédit mutuel est composé de caisses qui sont des établissements de crédit régis par les articles L.511-55 à L.511-59 et R.512-19 à R.512-25 du Code monétaire et financier ainsi que par les dispositions de la loi n 047-1775 du 10 septembre 1947. Les caisses locales de crédit mutuel constituent entre elles des caisses départementales ou interdépartementales qui constituent à leur tour la caisse centrale du crédit mutuel; cette organisation est complétée par les fédérations régionales auxquelles les caisses locales doivent adhérer et par la confédération nationale du crédit mutuel. Ce dispositif s'applique expressément aux caisses de crédit mutuel du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle, régies par la loi locale du 1er mai 1889 (art. L.511-58) ;

 - comme tous les établissements de crédit exerçant sur le territoire français, toutes les caisses de crédit mutuel font l'objet d'un agrément du Comité des établissements de crédit et des entreprises d'investissement, qui peut être individuel ou collectif conformément à l’article R.511-3 du Code monétaire et financier. Elles sont également soumises au contrôle de la Commission bancaire.

 - en outre, aux termes de I J article L. 511-57 du même Code, les caisses de crédit mutuel sont soumises aux vérifications de l'Inspection générale des finances ;

 .../...

 -2-

 - les établissements de crédit peuvent être dispensés de faire certifier leurs comptes par des commissaires aux comptes lorsqu'ils remplissent les conditions fixées au deuxième alinéa de l'article L. 511-38 du Code monétaire et financier. En outre, les caisses de crédit mutuel établissent leurs comptes conformément à la réglementation applicable aux établissements de crédit et publient ces comptes dans les journaux d'annonces légales.

 Par ailleurs, si les litiges qui peuvent opposer les adhérents de votre association à des caisses de crédit mutuel concernent les conventions de comptes de dépôt, les ventes groupées ou les ventes avec primes (art. L.312-1-1 I etL.312-1-2 I du Code monétaire et financier), il leur est possible de s'adresser à l'un des médiateurs du crédit mutuel, dont les coordonnées sont disponibles sur le site internet de la Banque de France (www.banque-france.fr Organisation et Activités / Services rendus / Protection du consommateur / Médiation bancaire).

 Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de ma parfaite considération.

 
P. LEPROCUREUR GÉNÉRAL

 M FAURY

Substitut Général

 

Place Gambetta

14050 CAEN CEDEX 4

Téléphone 02 31 30 70 04

Télécopie  02 31 85 19 26

Mel pg.ca-caen@justice.fr

 



ASSOCIATION DES VICTIMES DU CREDIT MUTUEL  RETOUR



 
Top